Tate et Guggenheim refusent l'argent des opioïdes

Tate
29.03.2019

OxyContin est un nom douloureux auprès des victimes de la crise des opioïdes nord-américaine. Si les profits de sa vente ont alimenté des organisations philanthropiques, désormais, le monde de l'art refuse cet argent.

L'OxyContin, produite par Purdue Pharma, a été très vendue aux États-Unis suite à une campagne de marketing minimisant son potentiel addictif à la fin des années 90. Alors que de nombreux procès reviennent sur les origines de la crise des opioïdes aux États-Unis et au Canada, certains ont révélé une implication personnelle de la famille Sackler, propriétaire de Purdue, dans la stratégie agressive.

La famille Sackler gère également des fondations philantropiques. Le Guggenheim a été dénoncé pour avoir accepté des dons de la famille dans une action symbolique forte et renonce aujourd'hui à toute nouvelle donation. Au Royaume-Uni, la National Portait Gallery et le groupe Tate ont annoncé en mars renoncer à toute donation en provenance du Sackler Trust ou de la Dr Mortimer and Theresa Sackler Foundation. Devant les scandales, les deux organisations ont ainsi annoncé qu'elles cessaient temporairement toute nouvelle distribution de fonds.