Les ados aussi s'inquiètent de l'utilisation d'écrans des parents

29.08.2018

Selon une étude récente d'un think tank américain, une moitié d'adolescents s'inquiètent de parler à des parents rivés sur leur smartphone.

Ainsi, si près de trois quarts des parents (72 %) estiment que leur progéniture est distraite par son smartphone quand ils essaient d'avoir une conversation avec elle, la majorité des enfants (51 %) assurent avoir ce même sentiment avec leurs parents qui ont les yeux rivés sur leurs propres téléphones. Dès lors, il s'avère moins facile, pour un parent également dépendant, de convaincre la chair de sa chair des dangers de la surconsommation d'écran.

Ados et parents semblent avoir les même réflexe : distraction quand un message glisse sur la smartphone, même réflexe de lecture matinal de l'écran au petit réveil, etc. Par contre, tout le temps passé sur un smartphone ne se vaut pas : un quart  d'heure de vidéos didactiques sur Youtube n'équivaut pas, en termes d'éveil et de connaissances, à un quart d'heure de vidéos sur les potins de la téléréalité : plus que l'écran lui-même, c'est son usage qui importe (ainsi que l'utilisateur, son histoire, sa motivation...). En ce sens, considérer le «temps d'écran» comme une donnée en soi serait un raccourci intellectuel à éviter à tout prix, selon l'étude.