Les addictions au centre de la politique extérieure de santé de la Confédération

15.05.2019

Le Conseil fédéral actualise sa politique extérieure en matière de santé, qui s'appuie sur les objectifs du développement durable (ODD). Les addictions sont l'un des six champs d'actions. La Suisse s'investit dans les cercles internationaux pour promouvoir une approche pragmatique et basée sur les faits. Sa voix porte et contribue aux changements actuels, C'est donc une excellente nouvelle!

En matière de santé, le Conseil fédéral veut axer son engagement au niveau international sur six priorités, notamment un système de soins durable, une gouvernance forte et la protection contre les risques sanitaires. Lors de sa séance du 15 mai 2019, il a adopté une version actualisée de politique extérieure en matière de santé pour les années 2019 à 2024. Celle-ci tient compte des défis mondiaux et s’oriente sur l’Agenda 2030 de développement durable des Nations Unies.

La politique extérieure en matière de santé sert à améliorer la protection sanitaire en Suisse et la santé mondiale. Par ailleurs, elle stimule la collaboration entre les services fédéraux et permet à la Suisse d’afficher des positions cohérentes au niveau international. Le Conseil fédéral avait adopté la première politique extérieure en matière de santé en 2012. La forme actualisée définit, pour 2019 à 2024, six champs d’action dans lesquels la Suisse interviendra en priorité : protection de la santé et crises humanitaires, accès aux produits thérapeutiques, système de soins durable et numérisation, déterminants de la santé, gouvernance en matière de santé globale, politique en matière d’addictions.

En ce qui concerne la protection sanitaire et les crises humanitaires, la Suisse veut, entre autres, protéger davantage sa population contre les risques mondiaux pour la santé. Dans cette optique, elle participe au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au renforcement du système international servant à détecter, à surveiller, à prévenir et à combattre les maladies transmissibles. Elle s’investit également dans la lutte contre la résistance croissante aux antibiotiques conventionnels et pour un meilleur accès, à l’échelle mondiale, à des médicaments et à des technologies médicales de qualité. Enfin, la Suisse s’emploie à assurer des soins généraux de base partout, même dans des situations de crise.