News

Genève présente son plan crack

05.10.2023

Mercredi 4 octobre, le Conseil d'Etat genevois a présenté son plan de mesures pour faire face au phénomène de consommation de crack installé à Genève depuis 2021. S'étendant sur 3 ans, ce plan s'appuie sur la politique des quatre piliers avec des mesures allant de la création d'une annexe au Quai 9 pour la consommation du crack aux maraudes en rue en passant par l'hébergement d'urgence et la présence policière. Ce plan d'actions, chiffré à 6 millions de francs par année, devra encore être approuvé par le Grand Conseil genevois lors de l'adoption du budget 2024. 

Deux ans après l'explosion de la consommation de crack à Genève, le Conseil d'Etat a enfin présenté son plan d'action pour y faire face. Basé sur la politique des quatre piliers, ce plan a été coconstruit avec le réseau et est prévu sur trois ans. Les mesures suivantes sont notamment prévues :

  • Création d'une annexe au local de Quai 9 pour l'accueil des consommatrices et consommateurs de crack (pour la consommation et le repos). Cette mesure urgente devrait être mise en place rapidement et permettre d'accueillir tout le monde dans des conditions sûres. 
  • Augmentation du nombre de postes de travail chez Première Ligne
  • Renforcement des tournées de rue (maraudes) avec des travailleuses et travailleurs sociaux et médico-soignants
  • Augmentation de la capacité et du confort du sleep-in ainsi que la création de places supplémentaires au Passage 
  • Présence active de la police cantonale et municipale pour dissuader la consommation dans l'espace public et la lutte contre le trafic de drogues
  • Création de quatre places spécifiques en foyer pour les enfants de parents souffrant d'addictions

Ces mesures seront soumises au Grand Conseil genevois qui devra approuver leur financement à hauteur de 6 millions de francs annuels (sans les investissements) dans le cadre du budget cantonal 2024. Si la grande majorité des partis politiques se sont déclarés satisfaits de ce plan d'action, l'UDC et le MCG évoquent une politique "alibi" et regrettent une "mollesse extrême concernant les mesures policières". 

A noter que le local de Quai 9 devra de toute façon déménager d'ici deux ou trois ans en raison des travaux conséquents prévus à la Gare Cornavin. Selon Pierre Maudat, Conseiller d'Etat en charge de la santé, les autorités cherchent un nouveau lieu central et proche, en concertation avec les quartiers concernés.