Dépendances

N° 71 Soins infirmiers

Pour Dépendances, il n'est pas d'usage de consacrer un numéro à une profession. Il s'agit là d'une première. Notre revue aborde des thématiques de fond, dans une approche interdisciplinaire qui mélange les savoirs pratiques et théoriques. Elle privilégie un regard caléidoscopique sur les phénomènes liés aux dépendances. Ce principe nous est cher et nous continuerons à nous y tenir. Oui, mais cette fois c'est différent. Dans les systèmes de soins complexes que nous avons créés, une pièce maitresse a hérité du rôle central du lien avec les personnes dans les dispositifs sanitaires, celui du soin, du contact et de la continuité. Applaudi pendant la pandémie, le personnel de soins reste pourtant mal connu. Partout à l'oeuvre, au front, dans l'action, cette profession n'a que rarement la parole. Pierre angulaire qui porte sur ses épaules un système de tension, les soins méritent d'être intégrés pleinement au débat. Alors une fois n'est pas coutume, Dépendances braque son projecteur sur une profession. 

Dans notre domaine, les soins ont pris ces dernières décennies une importance tout à fait centrale. La médicalisaton du traitement des addictions les rend incontournables dans la relation thérapeutique. La complexification des dispositifs et la rigidification de l'accès aux prestations leur confient un rôle de lien. La précarisation et la complexification des problématiques somatiques et psychiques les rendent indispensables partout. Nous devons nous émanciper des vieilles lunes du XXème siècle et les oppositions d'antan, notamment entre le médical et le social, ou l'abstinence et la réduction des risques. Aujourd'hui le débat est tout autre. le XXIème siècle a enfanté des systèmes socio-sanitaires d'une complexité telle que plus personne n'arrive à en faire le tour. La question n'est plus de savoir qui détient l'expertise. qui a raison, ou qui sait mieux que les autres. Non. Aujourd'hui, la vraie question est celle du lien, de la relation, celle du care

Tou·te·s les auteur·trice·s de ce numéro sont des praticien·ne·s des soins infirmiers. Elles et ils oeuvrent au quotidien dans le faire, dans des contextes divers et variés. Par leurs pratiques décrites dans ce numéro, ce travail d'acrobate apparaît au grand jour et permet d'apprécier leurs contributions. Il met aussi en lumière les enjeux contemporains et les besoins de réforme. L'économie de la santé aura certainement permis des avancées, mais elle aura également asséché la relation entre soigné·e et soignant·e. Or, impossible d'avancer dans notre domaine sans cette chaleur qui nous caractérise, nous les humains. L'épaisseur et la qualité de la relation entre des personnes restent les meilleurs prédicteurs d'un accompagnement réussi. Sur ce plan-là, si nous sommes honnêtes, nous ne pouvons pas nous montrer satisfaits de la situation actuelle. Face aux travaux herculéens qui nous attendent, le regard des infirmier·ère·s nous aide à voir l'étendue des réformes nécéssaires. Aux côtés des autres professions, ni plus ni moins, la vision des soins nous permettra d'avancer. Nous espérons que ce numéro saura y contribuer. 

Jean-Félix Savary

Sommaire 

1. Politique des addictions : quelle place pour les soins infirmiers? 
- Vanessa Vaucher

2. Soins à domicile et addictologie : une articulation nécessaire
- Frédéric Catala 

3. Le case management de transition dans les soins psychiatriques au HUG
- Bénédicte Virot

4. Soins infirmier à Argos 
- Aline Iacoviello-Villard

5. Interview
- Interview de Jean-Christophe Mieville par Jean-Félix Savary

6. L'approche psycho-dynamique à l'épreuve des addictions
- Nicolas Joost et Carine Maillard 

7. La RDR en résidentiel : travailleur social et soignant, quelle complémentarité ?
- Juliette François et Valentin Chatagny 

8. Le partenariat de soins dans la prescription médicale d'héroïne
- Loïc Menneret