News

Canton de Vaud: vente d'alcool à l'emporter bientôt limitée en soirée

08 Janvier 2014  
08.01.2014

Le Gouvernement vaudois a répondu positivement au souhait de députés lausannois au Grand Conseil de modifier la loi cantonale sur les auberges et les débits de boissons (LADB). Cette révision veut interdire la vente de spiritueux et de bières chaque nuit entre 20h et 6h, ainsi que toute promotion de type "happy hour".

Plusieurs députés vaudois se sont fait écho de la situation sur le front de la surconsommation d'alcool chez les mineurs et les jeunes, notamment les week-ends dans les villes vaudoises. Le Conseil d'Etat partage ces inquiétudes et pour remédier à cette situation, propose de modifier la loi sur les auberges et les débits de boissons (LADB) ; il répond à plusieurs interventions parlementaires autour de ce sujet.

Le but essentiel est la protection de la jeunesse contre l'alcoolisme et les violences, en agissant sur les horaires de vente, de qui est autorisé à vendre ou non, sur le type d'alcools vendus (visés en premier lieu la bière et les alcools forts) tout en préservant l'avenir des acteurs de la restauration, notamment en renforçant leur formation.

De nouvelles mesures sont proposées au Grand Conseil : interdiction de la vente à l'emporter d'alcools distillés et de bière de 20h à 6h dans les magasins, bars et restaurants. Le "double horaire" pourra être introduit par les communes : interdiction de vente de l'alcool mais permission d'exploitation du commerce sans vente d'alcool. Interdiction de promouvoir la vente d'alcool par des méthodes agressives type "happy hour". Renforcement des sanctions et obligation de suivre une formation complémentaire en cas de manquements graves dans les domaines de la vente d'alcool, du droit du travail et du non respect des directives en matière d'hygiène.

La nouvelle loi renforcera également la formation professionnelle des futurs exploitants : élargissement des matières enseignées ; obligation faite aux exploitants au sens de la LADB de suivre des formations complémentaires en cas de manquements graves et, enfin, élargissement des connaissances et mise en valeur et transformation des produits locaux.