Calcul du PIB, croissance et trafic de drogue

économie
23.02.2018

L'indice qui sert à mesurer la richesse nationale comprendra à l'avenir une estimation du trafic de drogue dans l'hexagone. La Suisse, l'Allemagne ou le Royaume-Uni incluent déjà ces chiffres dans leurs calculs.

La consommation des ménages français sera rehaussée de 3 milliards d'euros afin de prendre en compte le trafic de drogue dans les calculs statistique français, soit 0,1 % du PIB (Produit Intérieur Brut). Cette modification, qui se répercutera sur la croissance française, fait suite à une demande de prendre en compte certaines activités illégale par Eurostat, chargé de l'information statistique à l'échelle européenne, mais aussi par l'ONU. Il s'agit d'une mesure déjà en cours en Italie (+1% du PIB), au Royaume-Uni (+6,7 milliards au PIB) ou en Allemagne (+0,1 du PIB). Eurostat propose une méthode précise pour estimer la valeur induite par le marché des produits illégaux, un exercice délicat. En Suisse, le calcul du PIB par l'Office fédéral des statistiques inclut le marché de la drogue, selon les estimations des douanes. L'administration suisse travaille actuellement à l'adoption de la méthode d'Eurostat afin de prendre en compte plus précisément ces chiffres.

Cette prise en compte repose la question de la pertinence de l'indicateur qu'est le PIB . Ce dernier inclut en principe tous les échanges économiques librement consentis, fruits d'un accord mutuel. Il exclut ainsi notamment le vol, l'esclavage ou encore le recel. Toutefois, certaines activités illégales restent peuvent répondre à la définition de l'échange voulue par le calcul du PIB. Plusieurs questions peuvent émerger, notamment car le PIB permet de calculer la croissance selon un article de Mediapart.

Si l'on peut s'interroger sur le libre choix dans le cadre de drogues pouvant induire une addiction, il n'en reste pas moins que des produits légaux, comme les cigarettes sont pris en compte dans le calcul. La question de la valeur ajoutée du trafic est également particulièrement difficile à appréhender. La question du calcul du PIB contient des questions morales difficiles et certains se posent la question d'indicateurs alternatifs, prenant par exemple en compte le bien-être ou le développement durable.