La stigmatisation au centre du nouveau rapport

10.01.2018
Type de document: 
Info

La Global Commission on Drug Policy publie un nouveau rapport sur la stigmatisation des substances illégales et des personnes qui les consomment.

Le 9 janvier 2018, la Global Commission on Drug Policies a publié son 6ème rapport. Après avoir mis en exergue le coût individuel et social de la guerre contre la drogue menée par les Etats prohibitionnistes et proposé des alternatives à cet échec, la stigmatisation des substances illégales et des personnes qui les consomment est au centre du présent rapport.

Il rappelle que les cadres légaux ne reflètent pas la dangerosité des substances contrôlées, que l’écrasante majorité (88%) des consommateurs n'a pas un usage problématique et que les risques pour ces derniers relèvent avant tout des politiques publiques mises en oeuvre (adultération des produits due au traffic, perte d’emploi en raison d’un séjour en prison, impossibilité d’accéder au traitement en cas de dépendance ou d'addiction, etc…).
 
« Le lien entre la perception des drogues, les personnes qui en font l’usage, et les politiques publiques en la matière constitue un cercle vicieux. Sous un régime prohibitionniste, une personne qui fait l’usage de drogues est engagée dans un acte illégal qui renforce la stigmatisation (...). La prohibition engendre des politiques publiques qui traitent les usagers comme des sous-humains, sans droit civique, et en fait des boucs émissaires pour des problèmes sociétaux bien plus larges » traduction libre, page 8.

Liste des thèmes / Descripteurs (3 max.):